• Formation,
  • Vie Etudiante,

Alexandre Aglave, Master Entrepreneuriat et Management des PMO

Lauréat du Concours Lyon 3 Entreprendre 2008

Le 29 mai 2008, Alexandre AGLAVE, étudiant du programme de Master 2 Entrepreneuriat et Management des PMO recevait le 1er prix du Concours Lyon 3 Entreprendre, décerné par la Banque Populaire pour son projet ACT’EMISS.

Alexandre Aglave Lorsque l'on découvre votre cursus universitaire et vos expériences professionnelles, on est surpris par la cohérence de votre parcours.

Alexandre :
j'ai toujours été travailleur et j'ai tiré partie de toutes mes expériences professionnelles. Très tôt j'ai cumulé études et « jobs ».
J'ai démarré comme vendeur dans un magasin de prêt-à-porter. Je disposais d'un CDI pour lequel je consacrais 8 heures par semaine. J'étais organisé, sérieux et capable de mener toutes ces activités de front. Ce contact avec la clientèle m'a permis d'acquérir une grande aisance relationnelle et de renforcer mes aptitudes commerciales.

Pendant mes études de Master 1 en Sciences de Gestion à Lille, j'ai suivi un stage de deux mois dans une Agence de Communication spécialisée en scénographie et muséographie. En qualité de contrôleur de gestion junior, j'ai mis en pratique mes connaissances dans le domaine de l'analyse des charges et de leurs évolutions, la production de tableaux de bord et la mise en place d'un système de mesure de la rentabilité de projets.
Toutes ces fonctions m'ont servi par la suite aussi bien dans les stages que j'ai eu à effectuer que dans le montage de mon projet Act'Emiss. Au sein de cette Agence de communication, j'ai eu également l'opportunité de tester mes talents de chef de projet. En effet, la direction m'a confié la création d'un pôle destiné à former les agents des collectivités territoriales à la communication. J'étais chargé du montage de projet.

Le stage suivant, je souhaitais l'effectuer dans une grande structure et j'ai présenté ma candidature à Auchan. Toujours affecté sur un poste de contrôleur de gestion junior, j'ai eu en charge la réalisation de missions d'audit interne « Environnement », l'analyse et la synthèse d'enquêtes de satisfaction client en vue d'une présentation régionale. Je me suis également occupé de la validation de l'inventaire de juin et surtout, tâche très enrichissante, et qui a mis à profit mon sens de l'initiative : j'ai eu à créer et à suivre un système de contrôle de taux de démarque casse et promotion.Toutes ces expériences ont nécessité un investissement propre et au-delà de la satisfaction personnelle que j'en ai retirée, elles ont contribué à renforcer mon esprit d'initiative et ma fibre de créateur.

La touche personnelle que j'ai investie dans ces stages et jobs étudiants représente la source de ma motivation, que j'ai ensuite fait fructifier jusqu'au moment où j'ai senti que j'étais prêt à m'investir totalement dans un projet. Je possédais la volonté d'entreprendre mais je manquais encore de maturité. J'avais besoin de confronter mes ambitions à la réalité et les différents concours auxquels je me suis présenté m'ont stimulé, donné confiance et permis de mieux connaître les réseaux et structures sur lesquels je pourrais m'appuyer à l'avenir.

D'où vous vient cet intérêt pour la protection environnementale ?
Vous avez concouru en solo ou en équipe à de nombreux challenges cette année : pourquoi ce besoin de surmonter tant de défis à la fois ?


Alexandre Aglave Alexandre : L'intérêt que je porte à la protection environnementale, je le dois, à l'origine, au contexte familial. En effet, mon père dirige une PME spécialisée dans le bobinage de moteurs électriques. L'entreprise est hébergée dans un bâtiment ne répondant pas aux normes standards énergétiques. J'aidais mon père en m'occupant notamment de la comptabilité de la société. J'ai démontré à mon père que les pertes d'énergie en raison du mauvais état du bâtiment avaient une répercussion sur la consommation d'énergie. De là a germé l'idée de proposer des services et des solutions aux PME leur permettant d'améliorer leur performance grâce à une réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

Lorsque je poursuivais mon stage chez Auchan à Valenciennes en qualité de contrôleur de gestion junior, j'ai réalisé l'audit environnemental du magasin, expérience qui a également contribué à renforcer mon intérêt pour ce secteur.
Tous les mémoires que j'ai préparés avaient un point commun : l'environnement. Mon mémoire de Master 1 était consacré aux nouvelles énergies et celui de Master 2 à la performance de l'entreprise et plus particulièrement aux indicateurs de performance environnementale.

Mais le déclic final je le dois à mon engagement dans le Master EMPMO.Lorsque je me suis présenté à l'entretien de sélection, j'ai été reçu par Messieurs Asquin et Marion. En une demi-heure de discussion, j'étais convaincu que cette formation me permettrait de concrétiser mon projet professionnel.
Parmi tous les modules du programme, le séminaire « Accompagnement de projets entrepreneuriaux » a été pour moi la clef de la réussite. Ce séminaire est construit autour du pilotage de projet d'accompagnement.
Il traite des principaux thèmes du management de projet, de l'accompagnement et du conseil, mais aussi de différentes techniques qu'il est nécessaire de mettre en oeuvre (marketing, analyse financière, GRH, leadership...).
Par ailleurs, tous les moyens enseignés et mis à notre disposition pour nous aider à mieux nous connaître : test de compétence, cours d'expression,... nous rendent humbles car ils nous permettent d'accepter la critique et d'accuser le regard que les autres posent sur nous-même.

En me lançant dans les nombreux challenges : le Concours Lyon3 Entreprendre, le Concours Jeune Entrepreneur de l'année organisé par l'Association Vouloir Entreprendre, le Concours Performance Globale organisé par le CJD (que l'on a remporté), je souhaitais à la fois tester ma détermination et mes chances de réussite mais aussi j'acceptais d'être jugé sur mes compétences réelles.
Je suis  fier de ce succès remporté dans le cadre du Concours Lyon 3 Entreprendre. Je pensais n'avoir que peu de chance de gagner. En effet les projets présentés à ce concours étaient bien avancés, bien accomplis. Par exemple le projet intitulé DECOLO BOBO. Il s'agit d'un magazine gratuit consacré à la décoration et à l'écologie destiné à sensibiliser les lecteurs à l'écocitoyenneté.

Mon atout je pense par rapport aux autres projets résidait dans le fait que tous les aspects ont été abordés et qu'il s'agissait d'une création d'entreprise qui allait me faire vivre et permettre de créer des emplois.

Quel a été l'apport de la formation EMPMO dans la mise en œuvre d'ACT'EMISS  ? Comment avez-vous conduit votre projet ?

Alexandre : Avant de rejoindre l'IAE de Lyon pour suivre le programme EMPMO, j'étais entré en contact avec un ancien diplômé, spécialisé dans le conseil et la vente de prestations destinées à réduire l'impôt des sociétés. Je lui avais soumis mon projet.  Par la suite, je le contactais lorsque j'avais besoin de conseils. Il existe au sein du programme EMPMO un esprit d'équipe qui joue beaucoup dans les initiatives personnelles. Nous savons que nous pouvons compter sur le réseau des anciens qui n'hésitent pas à s'impliquer pour coacher la nouvelle génération en lui transmettant son savoir, son expérience.
L'ambiance de ma promotion m'a également beaucoup stimulée dans mon projet. Mes camarades étaient tous très motivés, très soudés malgré des profils très différents : certains avaient un profil d'entrepreneur, d'autres, un profil de gestionnaire de projet.

ACT'EMISS, je l'ai conçu seul. Au fil du Master, j'ai perfectionné le concept. Je me suis intéressé aux moyens de modifier la stratégie d'une entreprise (PME)  pour la rendre progressivement « moins riche » en émissions de gaz à effet de serre. Je me suis tourné vers l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) qui dispose d'un logiciel « Bilan Carbone » permettant de quantifier les émissions de gaz à effet de serre.
Cependant ACT'EMISS ne sera pas une simple structure destinée à réaliser des bilans « carbone », mais après avoir effectué un état des lieux et estimé l'importance des émissions de gaz à effet de serre, nous émettrons des recommandations, sensibiliserons le personnel et mettrons en place un contrôle de gestion environnemental.

En conclusion, quels conseils donneriez-vous aux « jeunes » candidats à la création d'entreprise ?

Alexandre :
Il faut croire en son projet ! Qu'importe les moyens et notamment l'aspect financier, il faut poursuivre son idée. Il faut éviter de se laisser influencer par les échecs. Un projet murit par étape et chaque étape à son lot de difficultés. Toute création a son intérêt même celle qui semble manquer d'attrait innovant à la base.

Propos reccueillis par Nadine GIRARD



LE PARCOURS D'ALEXANDRE AGLAVE

Son cursus universitaire

 

Ses expériences professionnelles

  • Porteur du projet ACT'EMISS : société en cours de création
  • Depuis 2008 : Rhônalpénergie Environnement, Lyon
    Stagiaire chargé de mission développement des Energies renouvelables
  • 2007 : contrôleur de gestion junior - Auchan Valenciennes
  • 2006 : contrôleur de gestion junior au sein de l'Agence de Communication Présence - La Madeleine
  • 2004-2007 : vendeur dans un magasin de vêtements : contrat étudiant

Ses centres d'intérêt :

  • Le Développement Durable
  • L'Environnement
  • La Performance Globale
  • La Responsabilité Sociale des Entreprises.

La devise de sa Société : Agir pour réduire.


LE PROJET ACT'EMISS

La lutte contre le changement climatique est un enjeu planétaire majeur.
Dans le cadre du protocole de Kyoto, l'Europe s'est engagée à réduire de 8% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2012, par rapport au niveau de 1990. Mais comment y parvenir ?

 

Le projet Act'Emiss part donc d'un constat simple :
Les PME contribuent directement à l'accroissement de l'effet de serre à travers leurs activités et font donc partie des acteurs incontournables de la lutte contre le réchauffement de la planète. Sans leur participation, les objectifs sont irréalisables.

Les services proposés par Act'Emiss répondent ainsi :

  • A la nécessité de changer les comportements des PME au niveau de leurs « consommations carbone »,
  • au besoin de toute PME, à savoir réduire les coûts pour améliorer la  performance.

La société Act'Emiss proposera donc à ses clients des solutions qui permettent d'améliorer globalement la performance d'une société grâce à une réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.
Calcul, réduction et compensation des émissions, le positionnement stratégique d'Act'Emiss repose une méthode globale qui prend en compte toutes les parties prenantes.

La mission d'Act'Emiss : agir pour réduire.

La société se positionne sur une activité jeune, celui des bureaux d'études spécialisés dans la stratégie carbone. Elle verra le jour début novembre 2008.