• Vie Etudiante,
  • International,

JAL 2010 : 2 étudiantes de l’Université Jean Moulin à l'honneur

Evènement | 7 avril 2010

L'une est polonaise, l'autre japonaise, elles ont reçu un Trophée Jeunes Ambassadeurs de Lyon à l'occasion d'une cérémonie organisée dans les salons de l’Hôtel de Ville de Lyon.

JA Jeune Ambassadeur Rhône-Alpes > Les photos
Brillante réception dans les salons de l'Hôtel de Ville de Lyon, le 6 avril 2010, pour les étudiants de la promotion 2010 du Programme Jeunes Ambassadeurs de Lyon.

166 diplômes ont été solennellement remis lors de cette soirée de gala qui a réuni les jeunes étudiants internationaux, leurs coaches respectifs et de nombreuses personnalités lyonnaises et stéphanoises.

 


DEUX ETUDIANTES DE l'UNIVERSITE JEAN MOULIN LYON 3 SE DISTINGUENT

Bravo à Agata Turbanska, originaire de Wroclaw (Pologne), étudiante à l'Université Jean Moulin, coachée par Carole Dufour, Idées en Tête, qui a remporté le 2ème prix du concours des Trophées (concours qui permet aux étudiants qui le souhaitent de présenter des projets innovants et opérationnels permettant le rapprochement entre Lyon (ou la région Rhône-Alpes) et leur région d'origine).
Le projet d'Agata ? L'échange du savoir entre des artistes lyonnais et polonais, créateurs de bijoux en pierres semi-précieuses et en minéraux et de bijoux romains.

Entretien avec Agata après la remise de son prix

Comment vous-êtes venue l'idée du projet ?
J'ai longtemps hésité et j'ai suivi les différentes pistes avant de m'arrêter sur cette idée. Je suis passionnée par la géographie et j'ai souhaité promouvoir la richesse de ma région d'origine. Les pierres, les minéraux m'ont toujours intéressée et j'ai même ma petite collection de bijoux provenant des artistes, créateurs polonais et français. Ensuite, durant les recherches, j'ai appris qu'un des artistes de ma ville avait lancé sa première collection de bijoux romains. A ce moment-là, je me suis dit "BINGO". L'objectif de Trophées est de mettre en place un projet qui sera gagnant pour les deux parties. En conclusion, les artistes polonais vont promouvoir les formidables pierres et minéraux de Sudetes et les artistes Lyonnais vont transmettre leur savoir et expérience dans le domaine des bijoux romains.

Qu'est-ce qui a été le plus difficile ?
Le plus dur a été de trouver les artistes du côté de la France. J'en ai contacté plusieurs mais ils se sont montré méfiants ou certains même très enfermés. Néanmoins, je ne me suis pas découragée et j'ai trouvé Mr Luc Taillandier, artisan et joaillier qui a trouvé mon projet très intéressant. Maintenant, je recherche les artisans de bijoux en minéraux et en pierres mais je suis confiante et j'en trouverai sûrement !

Le plus enthousiasmant ?
Je vis ce projet car les artistes qui ont exprimé leur volonté d'y participer sont très impatients et optimistes. Mr Derecki, Mr et Mme Duda de l'atelier Rivendell sont très gentils et patients et à plusieurs reprises, ils ont montré leur motivation et ouverture. Je sais que je fais mon projet pour les gens qui ont envie de partager leur passion et d'échanger dans ce domaine.

Qu'allez vous retenir...
Faire partie de l'association Jeunes Ambassadeurs était pour moi un énorme privilège. Les visites des entreprises m'ont énormément enrichie et j'ai appris beaucoup dans les domaines divers.
J'ai également établi un contact très amical avec mon coach, Mme Carole Dufour, qui a trouvé beaucoup de temps libre pour échanger avec moi sur le sport, l'art, la cuisine Lyonnaise et son travail. Enfin, je me suis fait de bons amis du monde entier. C'est une association super qui permet de voir Lyon sous un autre angle. Je conseille vivement à tous les étudiants étrangers d'en faire partie.
(Propos recueillis par Geneviève Tabaret)


YOKO IWASHITA, LE PRIX DE LA DECENNIE

Bravo également à Yoko Iwashita, étudiante japonaise de l'Université Jean Moulin (promotion 2008, alors coachée par Jean-Claude Florant, Holding Textile Hermès) qui a reçu le « Grand Prix du meilleur Jeune Ambassadeur Rhône-Alpes de la décennie », organisé pour les 10 ans du Programme.

« J'ai participé au concours de la promotion 2007-2008, a expliqué Yoko dans son discours. A cette occasion, avec mon coach, j'ai monté un projet autour de la soie. Cela m'a permis de découvrir Holding Textile Hermès (HTH), la maison Bucol, la maison PRELLE, le Musée des Tissus, la Maison des Canuts, et de constater que le premier lien avec le Japon était le commerce de la soie.
Au 19e siècle, il y a eu les maladies du cocon en Europe décrites dans le roman de Barrico SOIE. A cette époque, Napoléon a demandé à Léon Roches, futur consul au Japon, de rechercher de nouveaux fournisseurs. C'est de Yokohama que sont partis ces premiers cocons. Les cocons du Japon ont permis à la soierie lyonnaise de continuer à se développer, et au village de Yokohama de devenir un grand centre d'exportation.
Pour commémorer cette histoire, en juin 2009 au Musée d'Art de Yokohama, lors du 50ème anniversaire du jumelage de nos deux villes et du Mois de la France, j'ai présenté mon projet avec la délégation de la ville de Lyon, dans lequel j'ai montré l'influence de la culture japonaise sur les soieries lyonnaises.
Cette expérience m'a permis d'aider une responsable qui souhaitait faire à Yokohama une fête des Lumières comme celle de Lyon. Je lui ai communiqué tous les renseignements nécessaires pour réaliser cette idée, qui a abouti avec succès en février 2010.
En décembre 2009, à la demande de l'Association d'Echange Lyon-Yokohama, j'ai fais un reportage photo de la Maison des Canuts qui a été présenté au Musée la Maison d'ERISMAN avec l'autorisation de Monsieur et Madame VARENNE.
J'ai également participé à la rencontre entre HTH et la filature de Tomioka, qui avait été construite et équipée par Paul BRUNAT, soyeux lyonnais, en 1872. Ces techniques de construction et la modernisation de ces métiers à tisser ont permis aux japonais d'entrer dans l'ère industrielle. Par exemple, Nissan: des métiers à tisser à l'automobile.
Grâce à Jeune Ambassadeur, ce grand projet m'a montré qu'il fallait avoir beaucoup de ténacité pour faire aboutir ses idées.
Je me suis attachée à Lyon où j'ai senti beaucoup de dynamisme. En tant qu'ambassadrice, j'aimerais faire partager mes impressions à d'autres personnes qui n'ont pas encore eu la chance de la découvrir, et dont j'ai tant apprécié l'art de vivre. »

Né à l'initiative de la CCI il y a maintenant dix ans, le programme Jeunes Ambassadeurs ne connaît que croissance et succès. 

Si vous aussi, vous êtes intéressé par le programme, vous pouvez dès à présent vous renseigner auprès de Geneviève Tabaret : genevieve.tabaret@univ-lyon3.fr - Tel : 04 78 78 77 68.

> En savoir plus sur le programme Jeunes Ambassadeurs


Les lauréates JAL 2010

Yoko Iwashita, Grand Prix du meilleur Jeune Ambassadeur
Rhône-Alpes de la décennie